A ce qui me concerne, j’ai du problème à trouver de réels clients de mes rédactions en ligne au moment où les plateformes dégradent souvent les auteurs, comme quelqu’un l’a dit ici, avec subjectivité. De même, les plateformes les mieux payantes n’acceptent pas de ressortissants Africains. Textbrokers n’acceptent plus les rédacteurs francophones, son marché serait saturé.

A l’époque où j’ai écrit cet article, je ne sais pas si Wriiters existait déjà, mais c’est d’une certaine manière une bonne piste. Ce n’est pas une plateforme conventionnelle, puisqu’elle ne propose pas au rédac’ de prendre des missions, c’est l’inverse : elle lui propose de mettre en vente ses propres articles dans la thématique et prix qu’il souhaite. Je ne l’ai pas encore testée, mais j’en ai eu de bons retours. Ca peut être intéressant pour se faire un peu d’argent… Mais ça ne sera sans doute pas aussi formateur que d’avoir des briefs clients.
Cette plateforme dédiée au tourisme en ligne est, selon moi, très formatrice. Les briefs sont assez longs, et les clients très exigeants. De plus, rédiger sur Tripsbytips peut-être assez rentable : une fois que vous aurez pris le coup de main, vous pourrez rédiger les textes assez rapidement. Les commandes et les briefings sont sensiblement similaires en général.
Dans un précédent billet de blog, nous vous avons donné 4 astuces pour bien référencer votre site Internet sur Google. En effet, le référencement naturel est essentiel pour être visible sur Internet et apparaître parmi les premiers résultats de recherche sur Google. Il est donc indispensable de mettre en pratique les bonnes pratiques SEO lorsque vous rédigez des pages ou des articles sur votre site web.
Je ne suis par ailleurs ni coatch ni assistante sociale, donc mes opinions n’ont pas plus de valeur que celles d’un(e) autre. Tu as déjà des éléments de réponse dans ta question : bosser ton site, apprendre le référencement et t’exercer, sortir de ta grotte et te montrer là où pourraient être les clients. Et où ? Sur certains réseaux sociaux (LinkedIn, Twitter, Facebook), au cours d’événements de réseautage, et puis bien entendu la prospection classique : on repère les PME et artisans du coin, ceux qui ont des sites Web pour commencer, et on voit si on ne peut pas leur apporter quelque chose.
A moins de faire des campagnes de publicité ou d'avoir une grosse équipe marketing, un site met longtemps avant d'avoir un trafic significatif. Il ne faut donc pas se décourager en regardant le nombre de visiteurs uniques qui évolue peu. Au contraire : il faut redoubler d'efforts pour fournir des mises à jour régulières avec du contenu de qualité et optimiser son site au référencement (voir #4). Cela sera payant à terme : vous gagnerez des positions sur les moteurs de recherche et le bouche-à-oreille fera que l'on parlera de votre site.
Les parties reconnaissent avoir été informées des conséquences pouvant résulter de l’application de l’article 1112-1 du Code civil dont les dispositions sont littéralement reproduites ci-dessous : "Celle des parties qui connaît une information dont l'importance est déterminante pour le consentement de l'autre doit l'en informer dès lors que, légitimement, cette dernière ignore cette information ou fait confiance à son cocontractant. Néanmoins, ce devoir d'information ne porte pas sur l'estimation de la valeur de la prestation. Ont une importance déterminante les informations qui ont un lien direct et nécessaire avec le contenu du contrat ou la qualité des parties. Il incombe à celui qui prétend qu'une information lui était due de prouver que l'autre partie la lui devait, à charge pour cette autre partie de prouver qu'elle l'a fournie. Les parties ne peuvent ni limiter ni exclure ce devoir. Outre la responsabilité de celui qui en était tenu, le manquement à ce devoir d'information peut entraîner l'annulation du contrat dans les conditions prévues aux articles 1130 et suivants."
IL A ÉTÉ FAIT ET CONVENU CE QUI SUIT : Le vendeur, par ces présentes, en s'obligeant à toutes les garanties ordinaires de fait et de droit, vend, sous les conditions suspensives ci-après énoncées, à l’acquéreur qui accepte pour lui-même ou toute personne physique ou morale qu’il se substituera à titre gratuit, en totalité, en pleine propriété et en toute hypothèse avant la réalisation de toutes les conditions suspensives, mais dont il sera solidairement garant, ce qui est accepté par le vendeur, le bien immobilier ci-après désigné, que l’acquéreur déclare bien connaître pour l’avoir vu et visité.
Pour être franche… je pense que la rétrogradation vient probablement des fautes que tu sembles laisser dans tes propos. Les clients acceptent les textes parce qu’ils n’ont plus à les écrire (et que cela prend toujours un peu de temps), s’ils font appel à du lowcost et non à des bot d’écriture (parce qu’il y a de bonnes “IA” maintenant), c’est que soit ils n’ont pas le budget (oui, un rédacteur sur une plateforme est moins cher), soit ils n’en ont pas connaissance… En d’autres termes, ce ne sont pas forcément des clients qui peuvent être à même de juger (ou alors, ils s’en fichent vraiment). Que tes textes soient pris, mais que tu sois striké dans un même temps ne serait pas incompatible.
A moins de faire des campagnes de publicité ou d'avoir une grosse équipe marketing, un site met longtemps avant d'avoir un trafic significatif. Il ne faut donc pas se décourager en regardant le nombre de visiteurs uniques qui évolue peu. Au contraire : il faut redoubler d'efforts pour fournir des mises à jour régulières avec du contenu de qualité et optimiser son site au référencement (voir #4). Cela sera payant à terme : vous gagnerez des positions sur les moteurs de recherche et le bouche-à-oreille fera que l'on parlera de votre site.
×