Vous vous inscrivez dessus, et vous répondez à des annonces de rédaction (ou des clients vous contactent directement), et c’est la structure qui vous verse l’argent qu’elle aura récolté (moins sa commission). Eh oui, la première chose qu’on apprend en tant que freelance est bien que « l’ubérisation » n’est pas un mythe et que la plupart des acteurs du numérique cherche surtout à nous ferrer dans des structures très hiérarchisées. 

Après, le mieux est encore de demander des explications, et peut-être d’envisager de trouver autrement du boulot si tu as besoin de gagner plus (et je pense que tu as besoin). Autrement passe par les groupes Facebook, les réseaux et voir si tu trouves des missions, au début cela risque d’être compliqué et long pour se faire un tissu de prospects, mais ça finira par venir. En attendant : entraînement, tous les jours.
Cela ne signifie pas que vous devez écrire bêtement un message plusieurs fois de suite. Rappelez aux visiteurs le message principal que vous essayez de délivrer en changeant la forme de votre message. Les lecteurs en ligne sont volatiles, et ils peuvent simplement parcourir votre publication. Rappelez votre appel à l'action (prise de contact, offre de service...) ou d'autres informations précieuses plusieurs fois dans votre contenu. Vous augmenterez ainsi le taux de conversion.
L’idée est de proposer aux Rédacteurs Web non pas d’être payés au bon vouloir de la clientèle, mais bien de fixer eux-mêmes leurs prix. Le/la pro met directement en vente son article, et il est acheté, ou non. C’est une excellente solution pour vendre des billets qui peuvent nous rester sur les bras, ou tout simplement pour écrire en étant payé correctement. Certain-es bossent même presque exclusivement comme ça.
×